AccueilAccueil nouvelles >
Nouvelles

Le cygne trompette de retour au Québec

07-12-2010

Le site d’une ancienne mine d’or réhabilitée en Abitibi est devenu le lieu de prédilection d’un oiseau très rare qui a frôlé l’extinction au 20e siècle: le cygne trompette.Les efforts de restauration du site minier situé à Joutel ont su rendre à la nature l'ancienne mine et favoriser le retour de cet oiseau dont les récits autochtones parlent, mais qui n’avait pas été vu au Québec depuis près de 150 ans.Les mines Eagle et Telbel ont été en exploitation de 1973 à 1993. Depuis le début des années 1990, différents travaux de démantèlement, de réhabilitation, de végétation et d’ensemencement ont été faits. C’est la compagnie Agnico-Eagle qui en a été chargée.


«Depuis ce temps, la végétation a fait sa place et la faune est réapparue», a indiqué le biologiste Jean-François Doyon, spécialiste du développement durable. Il a expliqué qu’un suivi mensuel du bassin de polissage est effectué près de Joutel depuis la fermeture du site. Les derniers résultats révèlent que la qualité de l’eau est excellente avec un pH neutre d’environ 7,5.


Diverses espèces d’oiseaux s’y sont installées dont des canards, des huards ainsi que des cygnes trompette. «J’ai pu constater la présence de deux beaux cygnes blancs sur le site», a noté M. Doyon. Encore plus exceptionnel, il s’agit d’une espèce qui a frôlé l’extinction au 20e siècle. En 1988, on ne comptait qu’une vingtaine de cygnes trompette au Canada. Il y a 10 ou 15 ans, des efforts de réinsertion ont été entamés en Ontario. Il s’avère donc que ces efforts commencent à porter fruits.


«Un collègue a pris de bonnes photos et nous avons pu identifier l’étiquette #963 qui a confirmé qu’il s’agissait d’une femelle baguée à Burlington, en Ontario, le 2 novembre 2005», a ajouté le biologiste.


En outre, selon le professeur-chercheur à l’UQAT Louis Imbeau, membre de la Société du loisir ornithologique de l’Abitibi-Témiscamingue, il s’agit du fait ornithologique de l’année au Québec.


«Il s’agit d’une première au Québec. Ça fait 150 ans que des cygnes trompette n’ont pas niché sur le territoire», a affirmé le professeur, en précisant que cet oiseau utilise le même nid des années durant. Pour lui, c’est une grande surprise de retrouver un tel oiseau sur un ancien site minier.


Toujours selon lui, le pH peu élevé aurait permis à l’oiseau de vivre à cet endroit. Il a ajouté que si le cygne a de la nourriture et un bon milieu humide, il est possible pour lui de survivre et de s'installer à cet endroit. 


Source: Canoë info


Bookmark and Share