AccueilAccueil nouvelles >
Nouvelles

Une nouvelle arche de Noé

26-05-2010

Quelles espèces devrait-on sauver si jamais le raz-de-marée des changements climatiques s'abattait sur la faune? Autrefois, les médecins qui travaillaient dans les infirmeries installées à proximité des champs de bataille devaient se livrer à un cruel exercice. Faute de moyens et de temps, il leur était impossible de sauver tous les blessés, aussi devaient-ils faire un tri: les cas graves mais récupérables passaient en premier, les cas de gravité moyenne venaient ensuite, et les cas désespérés étaient laissés à la grâce de Dieu. «Il est possible que nous ayons à faire la même chose avec les espèces animales qui seront affectées par les changements climatiques», a avancé André Desrochers, professeur au Département des sciences du bois et de la forêt, lors d'une conférence prononcée le 23 avril devant les membres du Centre d'étude de la forêt. L'idée est choquante, reconnaît-il, mais il n'est pas trop tôt pour amorcer une réflexion sur le sujet parce que l'heure des choix approche. «Idéalement, nous aimerions conserver toutes les espèces, mais nous ne disposerons pas assez de ressources pour y arriver. Nous allons devoir établir des critères pour choisir les animaux vers lesquels les efforts de conservation seront dirigés. Il faudra choisir des espèces clés qui sont récupérables à un coût raisonnable ainsi que des espèces que nous n'avons pas les moyens de perdre. Selon les critères retenus, il se peut que nous ayons à abandonner des animaux charismatiques comme l'ours blanc.»


Source : Au fil des événements (Université Laval) avril 2010


Bookmark and Share   
 
Inscription à la liste
Pour être informés des nouveautés, inscrivez-vous à la liste d'abonnés.
S'inscrire
promo