AccueilAccueil nouvelles >
Nouvelles

Une faune africaine sans précédent piégée dans l'ambre

21-04-2010

Insectes, araignées, champignons, nématodes et plantes qui vivaient il y a 95 millions d’années dans une forêt tropical africaine ont été fossilisés dans la résine. Découvert en Ethiopie, cet ambre livre aux scientifiques de précieuses informations sur la diversité des espèces à l’époque du Crétacé (il y a entre 145 et 65 millions d’années). Cette découverte est exceptionnelle pour le continent africain, soulignent Alexander Schmidt (Université de Göttingen, Allemagne), Vincent Perrichot (Université de Rennes/CNRS) et leurs collègues dans les PNAS. Relativement communs dans l’hémisphère nord, les dépôts d’ambres datant du Crétacé sont quasi inexistants pour l’ancien supercontinent du Sud, le Gondwana. "Les seuls gisements d’ambres de l’hémisphère sud connus sont au Brésil et en Afrique du Sud, précise Vincent Perrichot, mais ils n'ont livré à ce jour aucun insecte fossile en inclusion". Pas moins de 30 arthropodes ont été piégés dans la résine devenue ambre jaune retrouvée par un géologue éthiopien et envoyé au laboratoire d’Alexander Schmidt. Coléoptères, lépidoptères, diptères, hyménoptères, collemboles… la collection est variée. Elle contient l’une des plus vieilles fourmis fossilisées connues et le second plus vieux spécimen d’araignée de la famille des Linyphiidae (une petite araignée qui vit sous sa toile tissée en nappe).


Source : Sciences et Avenir, avril 2010


Bookmark and Share