AccueilAccueil nouvelles >
Nouvelles

La dame et ses oiseaux

24-03-2010

Grebe à bec bigarre

Au refuge Le Nichoir, à Hudson au Québec, Lynn Miller consacre sa vie à la réhabilitation des oiseaux en détresse.


Lynn Miller est une femme énergique et passionnée. Sa générosité n’a d’égale que sa volonté de veiller au bien-être des ses nombreux pensionnaires à plumes. Il y a plus de 10 ans, elle créait Le Nichoir avec trois amies amoureuses des oiseaux. Le Nichoir, c’est une grange pittoresque du 19e siècle spécialement aménagée pour soigner les oiseaux blessés et les retourner dans la nature. Les oiseaux sont partout : autour de la grange, à l’intérieur, dans les volières, sur les mangeoires ! Situés à Hudson, près de Montréal, les décors rappellent une autre époque : des maisons au charme anglais, entourées d’arbres centenaires. Véritable mère poule, Lynn Miller apporte quelques pensionnaires chez elle, les grands blessés qui ont besoin de soins pendant l’hiver. Avant la création du Nichoir, Lynn Miller pratiquait la réhabilitation chez elle. A une certaine époque, 400 oiseaux envahissaient son salon ! Elle souligne la patience exemplaire de son mari Michel qui l’a toujours supportée dans ses projets « C’est un ange ! Il a été est fantastique !» 


Au début de la cinquantaine, cette native de la Nouvelle-Zélande a trouvé le temps et l’énergie nécessaires pour terminer un doctorat en biologie. Elle s’est intéressé aux effets dangereux de l’huile présente dans les océans sur la santé globale des canards. Elle fera bientôt connaitre au public les résultats de cette étude. « J’ai notamment découvert que l’huile avait un impact sur la chimie du cerveau » dit-elle. 


Au Nichoir, tout est mis en place pour que le retour en nature des oiseaux blessés se fasse tout en douceur. Le Nichoir est une véritable ruche où tous s’activent à la tâche. Lynn Miller peut compter sur le travail minutieux de Susan Wylie, directrice du Nichoir, pour poursuivre son oeuvre. Des étudiants et de 50 à 60 bénévoles épaulent Susan.  L'interaction entre les employés et les bénévoles est constante et construite autour d'une seule et même passion: retourner les oiseaux dans la nature. Leur travail est une grande source de joie, mais aussi parfois de tristesse, car l’équipe n’est pas en mesure de réhabiliter tous les oiseaux. Seulement 60 % d’entre eux pourront retourner à la nature. L’été, entre mai et septembre, ils reçoivent en moyenne 5 appels par jour pour recueillir des oiseaux blessés. L'équipe du Nichoir peut soigner plus de 1000 oiseaux sauvages qui viennent de partout au Canada. 


En 2009, Lynn Miller et son équipe dévoilaient le projet d’un nouveau centre de conservation dans la Réserve naturelle Clarke-Sydenham. À l’intérieur du centre, il y aura des unités de recherche et de soins intensifs, plusieurs volières et une grande classe pour accommoder les visiteurs. Ce projet évalué à 1,2 millions de dollars attend maintenant le financement nécessaire. « Chercher le financement est un travail de tous les instants, mais ce centre nous permettra d’être à la fine pointe des nouvelles techniques pour réhabiliter les oiseaux en détresse et leur offrir les meilleures chances de survie », ajoute cette biologiste qui est témoin des changements dramatiques qui affectent notre environnement : « Je me souviens de mes premières tentatives de réhabilitation. On ne faisait pas toujours un très bon travail. Mais ce n’était pas si grave car les populations d’oiseaux étaient en santé. Aujourd’hui, c’est différent, plusieurs espèces sont menacées, les populations baissent, alors la responsabilité de nos actes de réhabilitation est encore plus grande.  Les choses évoluent tellement vite, l’environnement se transforme, des espèces disparaissent ». Cet amour et ce dévouement pour les oiseaux, Lynn Miller le vit au quotidien. Cette passionnée, entourée de son équipe, assure les meilleures chances de survie à ses réfugiés à plumes, jusqu’au jour du grand départ. 


Visitez le site du Le Nichoir pour plus d’informations sur le refuge pour oiseaux blessés. 


Le Nichoir organise un souper bénéfice pour les oiseaux le 24 avril prochain. Pour acheter des billets ou pour informations, S.V.P. contactez Susan au 450 458 2809.


N’hésitez-pas aussi à les contacter pour des conseils si vous trouvez un oiseau blessé, leur survie et leur capacité à retourner en nature en dépendent !


 


Bookmark and Share