AccueilAccueil nouvelles >
Nouvelles

Les pygargues sont de retour

18-03-2010

Tous ceux qui ont suivi avec passion, l'an dernier, la nidification en direct sur le Web d'un couple de pygargues à tête blanche à Sidney, au sud-ouest de l'île de Vancouver, peuvent encore une fois le faire cette année. La caméra est maintenant active et déjà les grands rapaces sont installés dans le nid. Ils utilisent la fondation du nid de l'année précédente et ils en construisent un nouveau par-dessus.


Au moment où j'écris cette chronique, nous sommes le 6 mars au matin, il y a déjà un pygargue qui couve un premier oeuf. Si on compare à l'an dernier, ça correspond à peu près au même scénario. En 2009, la femelle avait pondu son premier oeuf le 1er mars.


Au cours des deux dernières années, les pygargues ont niché dans un vieil arbre sur des terrains qui appartiennent à la Québécoise Sylvie Rochette et chacune des couvées a donné naissance à trois petits.



Vous constaterez que la femelle pygargue couve dès la ponte du premier oeuf, contrairement à d'autres espèces qui attendent la fin de la ponte pour commencer à couver. C'est donc dire que les pygargues ne naîtront pas tous en même temps. L'éclosion des oeufs s'étalera sur quelques jours.


Avec la ponte du premier oeuf, un long processus commence qui mènera les petits jusqu'à maturité et autonomie complète. La femelle et le mâle couvent tour à tour les oeufs sur une période qui peut dépasser 40 jours. Après l'éclosion, les jeunes demeurent au nid à peu près 80 jours, puis c'est le moment de l'envol.


Après l'envol, les rejetons sont toujours dépendants des parents, et ce, pour une période qui peut aller jusqu'à 13 semaines. Il arrive même parfois que des jeunes collent à leurs parents jusqu'à l'hiver


Pour l'article intégral, visitez Cyberpresse


Pour en apprendre davantage sur la pygargue à tête blanche, visitez notre Encyclopédie Découverte



Bookmark and Share