AccueilAccueil nouvelles >
Nouvelles

Au secours d'un faucon pèlerin

05-03-2010

au secours faucon pelerin

L'aventure a commencé lundi matin (15 février) quand Patrick Chartier est sorti de chez lui à L'Ancienne-Lorette. Sur le bord de la rue, un oiseau blessé; un peu plus loin, une trace de sang dans la neige. C'était un faucon pèlerin et, en plus, il avait une bague à chaque patte.


La première chose qui lui a traversé l'esprit : ne pas laisser l'oiseau là, pour la sécurité des enfants qui sont nombreux à emprunter cette rue pour se rendre à l'école. Il fallait aussi protéger l'oiseau. Il était une proie facile dans son état. Les enfants auraient pu le mitrailler de balles de neige ou un chat s'y attaquer.


M. Chartier est retourné à la maison chercher une couverture qu'il a jetée sur l'oiseau pour le maîtriser. Ensuite, il l'a déposé dans une boîte et l'a conduit à l'hôpital vétérinaire Daubigny, sur le boulevard Hamel. C'est par hasard que M. Chartier s'est rendu là car il ne savait trop quoi faire et qui appeler.


Quoi qu'il en soit, il a fait exactement ce qu'il fallait faire et après, tout un processus s'est enclenché pour que le faucon blessé soit acheminé rapidement vers la Clinique des oiseaux de proie à Saint-Hyacinthe.


À la clinique Daubigny, on connaît la procédure. Ils ont d'abord jeté un oeil dans la boîte pour s'enquérir de l'état de l'oiseau. Il était blessé à l'aile et il y avait une tache de sang au fond de la boîte, mais malgré tout, l'oiseau semblait bien se porter. Il était très agressif.


Les gens de la clinique ont communiqué avec la Clinique des oiseaux de proie qui leur ont fourni mon numéro de téléphone. Il y a maintenant un mois, je me suis inscrit comme bénévole pour le transport d'oiseaux blessés dans la région de Québec jusqu'à Saint-Hyacinthe.


Avant, c'était l'entreprise Dicom qui faisait ce travail, mais à la suite d'une mauvaise expérience avec un animal domestique - rien à voir avec les rapaces -, on a abandonné cette forme de transport. Tout cela a vraiment compliqué la tâche de l'Association québécoise de réhabilitation des oiseaux de proie (UQROP).


Pour lire l'article intégral: cyberpresse


Pour en apprendre davantage sur l'UQROP et sur Guy Fitzgerald, consultez notre section Découverte.


Bookmark and Share