AccueilDécouverteHabitats fauniquesSylvain Duval
Sylvain Duval
print send digg delicious
  • Présentement 1.00/5 étoile.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
comments 0 commentaire

Sylvain Duval

L’homme des marais

Il y a 20 ans, Sylvain Duval s’est lancé dans un ambitieux projet en consacrant sa terre à l’aménagement faunique. À la suite d’une entente de conservation impliquant d’autres propriétaires qui se sont joints à l’aventure à travers les années, il a soustrait ses terres contiguës au fleuve Saint-Laurent à toute exploitation agricole et forestière afin de protéger la faune du marais de Grondines.

Après avoir obtenu les autorisations gouvernementales nécessaires, le Regroupement des propriétaires du marais de Grondines, présidé par Sylvain Duval, a pu procéder à divers travaux d’aménagement faunique. Les membres du Regroupement ont cependant dû investir temps et argent. « J’ai d’abord aménagé 3-4 étangs à mes frais, dans le champ en arrière de la maison pour voir si l’eau allait rester, raconte Sylvain Duval. J’ai dirigé deux sources d’eau qui arrivaient par le haut de la côte pour stabiliser le niveau d’eau dans les étangs. »

Au fil des ans, 55 étangs de dimensions variées et communiquant entre eux ont pu être aménagés de façon à limiter l’érosion, créant ainsi des pouponnières à perchaudes, un site propice à la nidification de la sauvagine et un habitat riche où de nombreuses espèces y trouvent leur compte.

Des terres consacrées à la faune

Quand il a acquis sa propriété au printemps 1993, Sylvain Duval savait que ses terres allaient jusqu’au fleuve, mais ce n’est qu’après la fonte des neiges qu’il a réalisé tout le potentiel qu’elles représentaient pour la faune. Ces anciennes terres cultivées et abandonnées n'étaient guère plus qu'une zone marécageuse remplie de cuvettes. La marée qui venait inonder les terres apportait des milliers de poissons. Une fois qu’elle s’était retirée, les plus petits poissons emprisonnés dans les cuvettes se retrouvaient à sec et mouraient.

« Avec mon voisin André Boudreau, j’ai eu l’idée de creuser et de relier les cuvettes entre elles, relate Sylvain Duval, pour que même en en période de sécheresse, l’eau reste sur place et que lors des grosses marées, l’eau se régénère et que les poissons puissent retourner au fleuve. Mais, sans la Fondation de la faune, le projet ne se serait jamais réalisé. Sur ma terre, il y a des étangs qui vont de la route 138 jusqu’au fleuve, sur une étendue d’environ un mille et demi. J’y récoltais mes arbres, je suis un producteur forestier. Maintenant, toute la terre à une vocation faunique. »

Sauver les derniers milieux humides

Sylvain Duval considère que pour sauver les derniers milieux humides qui existent le long du fleuve Saint-Laurent, il faudrait que ces sites valent plus cher que les terres immobilières qui sont à Montréal. « C’est le seul moyen de les sauver. Tant et aussi longtemps que ce sera considéré comme du chiendent, les marais vont se faire remplir, être mis à sec et disparaître. Le long du fleuve Saint-Laurent, il ne reste pas grand-chose. Actuellement, il se détruit plus d’habitats qu’il s’en sauve. Les terres humides, marais et marécages coûtent cher à acquérir. Il va falloir une nouvelle approche de la part du gouvernement de concert avec ceux qui sont sur le terrain comme Canards Illimités, la Fondation de la faune, la CAPSA ainsi que l'organisme Conservation de la nature.

Un marais, ça filtre l’eau qu’on boit, ça élimine les toxines. C’est un lieu de reproduction pour une multitude d’espèces. Les gens ne réalisent pas ça. Des jeunes d’une école primaire en visite au marais de Grondines n’avaient jamais vu une grenouille de leur vie. Pour nous autres, c’est normal; on a été élevé dans ce milieu-là. Mais les gens de la ville, bien souvent, n’ont jamais vu un poisson, une écrevisse ou une libellule. C’est sûr qu’on a encore bien de l’ouvrage à faire pour l’éducation. Il faut commencer avec nos jeunes. Ça prend des lieux où aller. »

Articles connexes
Le marais de Grondines
Situé sur des terres privées, le marais de Grondines est un bel exemple d’action citoyenne.
Laisser un commentaire


Enlever l'image L'image doit être au format jpeg et ne pas dépasser 10 Mo.
La résolution doit être inférieure a 3000x3000


Code de vérification
Saisissez les caractères qui apparaissent dans l’image ci-dessus. Si vous ne pouvez les lire, cliquez ici.