AccueilDécouverteEspèces animalesRorqual à bosse
Rorqual à bosse
print send digg delicious
  • Présentement 5.00/5 étoile.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
comments 1 commentaire

Rorqual à bosse

Caractéristiques du rorqual à bosse 

Famille : Balénoptéridés
Longueur : 11 à 16 m
Poids : 25 000 à 30 000 kg
Maturité sexuelle : 5 ans
Longévité : 30 à 50 ans

  • Tête et mâchoire couvertes de petites bosses (tubercules).
  • Dos noir et ventre blanc.
  • Longues nageoires pectorales.
  • Nageoire dorsale courte.
  • Queue échancrée.

Le rorqual à bosse (Megaptera novaeangliae) est une baleine à fanons aussi appelée baleine à bosse, mégaptère ou jubarte. Caractérisée par son allure massive et par ses longues nageoires pectorales, l’espèce est présente partout dans le monde, de l’Arctique à l’Antarctique. Chaque année, les populations du nord-ouest de l’Atlantique font l’aller-retour entre les Antilles, au sud, et le détroit de Davis, au nord.

Grâce et puissance

Malgré un corps massif, le rorqual à bosse nage avec grâce et puissance. Plutôt lent, sa vitesse de croisière est de 8 km/h. Ses impressionnantes nageoires pectorales, de 4 à 5 m, correspondent au tiers de la longueur de son corps. Sa nageoire caudale (queue) a une envergure de 4 m.

Une baleine spectaculaire

Le rorqual à bosse effectue de spectaculaires sorties hors de l’eau pour ensuite retomber avec fracas. Il aime aussi frapper la surface de l’eau avec ses nageoires et sa queue, nager sur le dos ou pointer à la surface de l’eau en position verticale. Lors de ses plongées, il arque gracieusement le dos et laisse voir le dessous de sa queue échancrée qui, par sa forme, rappelle un papillon géant.

Comme des empreintes digitales

À la manière des empreintes digitales chez l’humain, la dentelure et les motifs dessinés sur la face ventrale de la queue sont uniques à chaque individu. Cette particularité contribue grandement à l’étude du rorqual à bosse et constitue un moyen sûr pour l’identification individuelle des membres de l’espèce.

Un mur de bulles

Le rorqual à bosse se nourrit de crustacés et de petits poissons comme le hareng, le lançon et le capelan. Une de ses techniques de chasse consiste à souffler un mur de bulles vers la surface de l’eau et à remonter brusquement pour engloutir dans son énorme gueule le banc de krill ou de petits poissons pris au piège. 

Sillons et fanons

Des sillons ventraux larges et extensibles se prolongent depuis la gorge jusqu’au nombril. Ils permettent à la gueule de s’ouvrir très largement et d’engloutir en une seule gorgée des milliers de litres d’eau remplis de krill et de petits poissons. Les fanons, disposés dans la bouche, ont une fonction de filtre. Ils permettent d’expulser l’eau tout en y retenant la nourriture.

Migration

Avec l’arrivée du printemps, les rorquals à bosse amorcent leur périple migratoire en longeant les côtes est des États-Unis et du Canada. Ils sillonnent la région des Maritimes et du golfe Saint-Laurent jusqu’au détroit de Davis où ils se nourrissent durant tout l’été. Dès le mois d’octobre, ils entreprennent le chemin inverse pour revenir passer l’hiver dans les eaux chaudes des Antilles et s’y reproduire.

Un chant envoûtant

Le chant mélodieux du rorqual à bosse est l’un des plus variés et des plus complexes du règne animal. Chaque groupe possède une couleur sonore qui lui est propre. Au cours de la période de reproduction, les mâles entonnent d’envoûtantes sérénades qui peuvent être répétées pendant des heures. Le répertoire de ce chanteur majestueux est sans doute le plus connu de tous les chants de baleines.

Une croissance rapide

Les femelles peuvent mettre bas tous les 2 ans et, plus rarement, deux années de suite. Après une gestation de 11 mois, le baleineau voit le jour. Il mesure déjà près de 5 m et pèse une tonne. La mère l’incite à sortir la tête de l’eau pour prendre sa première bouffée d’air. Pendant les 6 mois que dure l’allaitement, le petit grandit très rapidement alors que sa mère perd beaucoup de poids.

Une espèce protégée

Les chasseurs de baleines ont longtemps chassé le rorqual à bosse en profitant de sa curiosité naturelle et de ses lents déplacements le long des côtes. Après avoir frôlé l’extinction au début du 20e siècle, cette baleine majestueuse est aujourd’hui protégée. Sa population mondiale est estimée à 35 000 individus, dont environ 12 000 constituent la population de l’Atlantique Nord.

Articles connexes
Janie Giard
Janie Giard partage sa vie entre son travail de médecin et ses recherches sur les baleines.
Rorqual bleu
Avec ses 120 000 kg, le rorqual bleu est le plus gros animal de la terre.
01 - Au rythme des grandes baleines
Au fil des saisons, Janie Giard suit les allées et venues des mammifères marins du Saint-Laurent.
21 - Avec les géants bleus de la mer de Cortés
La biologiste Diane Gendron étudie le plus gros animal vivant sur la planète : la baleine bleue.
Épaulard
La structure familiale des épaulards est peu commune dans le monde animal.
30 - L’appel du large
Richard Sears étudie les rorquals dans les décors majestueux de l’Archipel-de-Mingan.
34 - L’écho de la mer
Alexandra Morton parcourt les eaux de l’Archipel de Broughton à la recherche du chant des épaulards et des dauphins.
Liens
GREMM Le Groupe de recherche et d’éducation sur les mammifères marins
MICS : Station de recherche des îles Mingan
Centre de biologie marine CICIMAR
Baleines en direct
Commentaires

Elles sont magnifiques

Par Julie, 2010-01-20, 22h48

J'ai toujours trouvé ces baleines magnifiques. Les voir dans leur milieu naturel doit être une expérience incroyable. Leur chant est superbe et si mélodieux...

Laisser un commentaire


Enlever l'image L'image doit être au format jpeg et ne pas dépasser 10 Mo.
La résolution doit être inférieure a 3000x3000


Code de vérification
Saisissez les caractères qui apparaissent dans l’image ci-dessus. Si vous ne pouvez les lire, cliquez ici.

Rechercher
Jeux
dhpsb Queue de poisson
La bande dessinée interactive. Sauras-tu reconstituer l’histoire ?
dhpsb Mammifères marins
Le jeu de chasse photographique. Sauras-tu piloter le Lab Bidule ?
dhpsb Baleineau perdu
Le jeu de déduction. Sauras-tu aider le baleineau à retrouver sa mère ?
promo