AccueilDécouverteHabitats fauniquesLe corridor appalachien
Le corridor appalachien
print send digg delicious
  • Présentement 5.00/5 étoile.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
comments 0 commentaire

Le corridor appalachien

 

Une écorégion unique au monde

Le corridor appalachien fait partie des montagnes Vertes, une portion de la chaîne de montagnes des Appalaches qui chevauche la frontière entre le Canada et les États-Unis. Il s’agit d’une succession de sommets qui part du Vermont avec les monts Camel’s Hump et Mansfield et se prolonge jusqu’aux Cantons-de-l’Est avec les monts Sutton et le mont Orford. Ce lien écologique est l’un des corridors fauniques critiques au maintien de la connectivité des habitats au sein des Appalaches nordiques et de l’Acadie. Cette écorégion est unique au monde : aucun autre endroit ne présente une telle étendue de forêt intacte à proximité d’une population aussi dense.

Un territoire menacé

Des études préliminaires ont démontré que ce territoire risque d’être fragmenté en plusieurs îlots écologiques. Or, il est absolument essentiel de protéger les liens physiques principaux entre les fragments de forêts pour permettre à la faune de se déplacer pour se trouver des abris, se nourrir et se reproduire. Les menaces à l’intégrité des milieux naturels situés sur des terres privées sont nombreuses. Le développement immobilier non-intégré constitue une menace majeure pour les milieux humides et forestiers de la région.

Des écosystèmes forestiers exceptionnels

Le corridor appalachien se distingue par l’intégrité de ses grands massifs forestiers dont plusieurs abritent des écosystèmes forestiers exceptionnels, formés de forêts rares, de forêts anciennes et de forêts refuges (qui abritent des plantes menacées ou vulnérables). On y retrouve également des milieux humides qui sont menacés au sud du Québec, malgré leur importance écologique indéniable.

Une faune diversifiée

La forêt de conifères des plus hauts sommets des monts Sutton abrite un oiseau nicheur très rare qui apparaît sur la liste des espèces en péril au Canada, la Grive de Bicknell. La région des Appalaches est également réputée pour sa richesse en amphibiens et reptiles, en particulier les salamandres. Plusieurs de ces espèces figurent sur la liste d’espèces en péril du Canada, ou encore celle des espèces menacées, vulnérables ou susceptibles d’être ainsi désignées au Québec. 

On y répertorie une faune très abondante. L’orignal, le cerf de Virginie, l’ours noir, le lynx roux, le coyote, le castor, le raton laveur, le porc-épic, le pékan, le vison d’Amérique, la loutre de rivière et le lièvre d’Amérique font partie des mammifères rencontrés le plus fréquemment. Des études génétiques de poils recueillis sur des pièges ont également démontré la présence de couguars. Plusieurs espèces de mammifères susceptibles d’être désignées menacées ou vulnérables ont été rapportées dont : le campagnol-lemming de Cooper, le campagnol sylvestre, la musaraigne fuligineuse et la pipistrelle de l’Est.

Différentes options de conservation

Pour les propriétaires terriens de cette région, plusieurs options sont offertes pour la conservation à perpétuité : le transfert des pleins titres, la réserve naturelle en milieu privé, la servitude de conservation, le don planifié ou encore la servitude de conservation forestière, une option développée au Québec par l’organisme Corridor appalachien et qui existe déjà ailleurs en Amérique du Nord.

Articles connexes
Louise Gratton
L’écologiste Louise Gratton est au centre de la création de l’organisme Corridor appalachien.
Laisser un commentaire


Enlever l'image L'image doit être au format jpeg et ne pas dépasser 10 Mo.
La résolution doit être inférieure a 3000x3000


Code de vérification
Saisissez les caractères qui apparaissent dans l’image ci-dessus. Si vous ne pouvez les lire, cliquez ici.