AccueilDécouverteHabitats fauniquesLa ZICO de Sept-Îles
La ZICO de Sept-Îles
print send digg delicious
  • Présentement 3.00/5 étoile.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
comments 0 commentaire

La ZICO de Sept-Îles

 

Des zones importantes pour la conservation des oiseaux

L’acronyme ZICO désigne une zone importante pour la conservation des oiseaux. Ce programme international, initié par Birdlife International dans les années 1980, identifie des sites privilégiés à l’échelle mondiale qui fournissent des habitats essentiels à une ou plusieurs espèces d’oiseaux, pendant au moins une étape de leur cycle de vie, par exemple l’hivernage, la reproduction, ou la nidification. À ce jour, il existe environ 11 000 ZICO dans près de 200 pays, dont 96 sites au Québec. Dans la province, c’est Nature-Québec qui a hérité de l’importante tâche de coordonner le programme, et qui relaye la responsabilité d’une ZICO à un partenaire local. En effet, la conservation de ces sites de prédilection pour les oiseaux passe avant tout par la volonté continue de la population locale. Dans chaque région où une ZICO est établie, c’est le milieu qui se donne pour mission de la protéger. Les actions réalisées sur ces sites résultent le plus souvent de partenariats entre les acteurs locaux. 

Les ZICO ne sont pas des aires protégées officiellement reconnues comme telles. Elles ne bénéficient donc d’aucun statut légal ni au Québec ni dans le monde. Malgré tout, des efforts de conservation sont consentis sur tout le territoire concerné, puisque la survie des habitats de prédilection des oiseaux en dépend. Dans certains cas, les ZICO peuvent inclure ou faire partie d’une aire protégée reconnue, comme c’est le cas de la ZICO de Sept-Îles, au sein de laquelle se trouve l’île du Corossol, désignée comme refuge d’oiseaux migrateurs (ROM).

Un paradis pour l'avifaune

D’une superficie de 242 km2, la ZICO de Sept-Îles est située sur le territoire de la ville de Sept-Îles, dans la région de la Côte-Nord au Québec. Elle se divise en trois secteurs distincts : l’archipel des Sept Îles, la baie des Sept Îles et la plaine Checkley. Représentant des habitats essentiels pour les oiseaux fréquentant les côtes et les milieux humides, ce territoire accueille quelque 10 000 oiseaux appartenant à près de 250 espèces différentes. Parmi les espèces emblématiques de la région, on retrouve le petit pingouin, le goéland marin, le goéland argenté, le cormoran à aigrette, la bernache du Canada et l’eider à duvet.

Le Comité ZIP Côte-Nord du Golfe (Comité ZIP CNG) est le gardien de la ZICO de Sept-Îles depuis 2009. Désigné en 2007, ce site correspond à de nombreux critères du programme. Il héberge plus de 1 % de la population mondiale du petit pingouin, du goéland marin et du goéland argenté, et plus de 1 % de la population continentale du cormoran à aigrettes et de la mouette tridactyle. Enfin, le site héberge 14 espèces d’oiseaux en déclin, désignées ainsi par un statut provincial ou fédéral. Cette richesse faunique exceptionnelle commandait d’agir.

Des mesures de conservation issues du milieu

Suite à la désignation ZICO, un plan de conservation a été mis sur pied par Nature-Québec, en partenariat avec la Fondation de la faune, Nature Canada et Protection des oiseaux du Québec. Celui-ci prescrit notamment des activités de sensibilisation de la population à la fragilité des berges et des milieux humides, des études sur la qualité des eaux de la baie et sur les sources de pollution, un programme de nettoyage de déchets littoraux, et la négociation d’entente de conservation volontaire avec des propriétaires privés.

Fruit de la collaboration entre le Cégep de Sept-Îles, la Ville de Sept-Îles, la Corporation de protection de l’environnement de Sept-Îles, Développement économique Sept-Îles et le Port de Sept-Îles, l’Observatoire de la Baie de Sept-Îles a de plus été créé en 2013. Les travaux scientifiques de ce laboratoire pour la veille environnementale sont menés par l'Institut nordique de recherche en environnement et en santé au travail. Les données recueillies viseront notamment à projeter la capacité du milieu à accueillir des projets acceptables et sécuritaires pour l’environnement, et à mesurer les résultats des efforts de conservation et d’amélioration environnementale dans la baie des Sept Îles. Dès 2014, l'observatoire effectuera des recherches sur la communauté benthique, les zostères, les poissons, le phytoplancton et les macroalgues afin de déterminer l’état de santé réel de la Baie des Sept Îles.

Articles connexes
Sarah-Émilie Hébert-Marcoux
Sarah-Émilie Hébert-Marcoux veut rapprocher les gens des oiseaux et les inciter à passer à l’action.
Laisser un commentaire


Enlever l'image L'image doit être au format jpeg et ne pas dépasser 10 Mo.
La résolution doit être inférieure a 3000x3000


Code de vérification
Saisissez les caractères qui apparaissent dans l’image ci-dessus. Si vous ne pouvez les lire, cliquez ici.