AccueilDécouverteHabitats fauniquesGuy Turcotte
Guy Turcotte
print send digg delicious
  • Présentement 0.00/5 étoile.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
comments 0 commentaire

Guy Turcotte

Se mobiliser pour préserver

Guy Turcotte est membre de SOS Forêt Fernand‐Seguin créé en 2008 pour promouvoir la conservation et la mise en valeur du corridor vert Châteauguay‐Léry situé dans la MRC de Roussillon. Ce regroupement de citoyens a mobilisé la population locale afin de préserver un corridor naturel de grande dimension abritant une biodiversité d’une richesse unique menacée par le développement urbain. « C’est une forêt dont on profitait depuis toujours à Châteauguay et à Léry », relate Guy Turcotte. On allait y faire du ski de fond, de la raquette, de l’observation d’oiseaux. On prenait cette forêt-là pour acquis et un jour, nous avons appris qu’il y avait des projets de développement domiciliaire. La ville avait accepté un changement de zonage pour permettre la construction d’un centre intérieur de soccer. En l’espace d’une journée, ils ont détruit 500 000 pieds carrés de forêt. »

Les arbres coupés et la destruction avec les bulldozeurs ont constitué une image forte pour la mobilisation. Une pétition a recueilli plus de 12 000 signataires. Les citoyens ont commencé à s’intéresser à la règlementation de ces terrains et au plan d’urbanisme de la ville. « Nous avons découvert que les villes, les municipalités et les MRC ont tous les pouvoirs et les outils règlementaires nécessaires pour protéger des milieux naturels, sans même devoir acheter les terrains, et sans risque d’être poursuivi pour expropriation de la part des promoteurs propriétaires des terrains. »

Le regroupement SOS Forêt Fernand‐Seguin a donc forcé la ville de Châteauguay à faire une véritable consultation, des soirées d’information et à permettre aux citoyens d’exprimer leurs opinions et de soumettre des mémoires. L’intérêt de la population a été si grand qu’un record québécois de participation à des consultations publiques a été établi.

Des citoyens déterminés

Devant un conseil de ville récalcitrant qui, selon Guy Turcotte, protégeait des intérêts privés, SOS Forêt Fernand‐Seguin a dû démontrer la valeur économique et écologique des milieux naturels et faire valoir les bénéfices que pouvaient en retirer la population et la région de Châteauguay et de Léry. Avec l’aide du ministère du Développement durable, un inventaire précis a permis d’établir que l’ensemble du territoire jouit d’un écosystème floristique exceptionnel.

« À mesure que le dossier avançait, le conseil de ville agissait mal et perdait toute crédibilité », raconte Guy Turcotte. Ce qui a soulevé une vague d’indignation. Aux élections suivantes, une nouvelle équipe en faveur de la conservation des milieux naturels a été élue. Faute d’une règlementation pour protéger le milieu, nous avons obtenu une règlementation qui contrôle l’abattage des arbres. Ça protège temporairement le milieu en empêchant tout développement. L’arrivée d’un nouveau conseil de ville pourrait toutefois faire disparaître cette règlementation. Pour l’instant, nous avons réussi à sauver ce milieu naturel exceptionnel. Nous n’avons pas gagné la guerre, mais nous avons gagné de superbes batailles. »

« Les villes et les MRC ont l’obligation d’identifier les milieux naturels qui méritent d’être conservés. La loi est claire, sauf que, généralement, les citoyens ne se préoccupent à peu près jamais de leur plan d’urbanisme ou de leur schéma d’aménagement. Le territoire, c’est d’abord aux citoyens qu’il appartient. »

Préserver l’ensemble de l’écosystème

Le corridor forestier de Châteauguay-Léry est un des projets prioritaires du Plan métropolitain d’aménagement et de développement du Grand Montréal. La prochaine étape est l’adoption de règlements par les MRC pour se conformer à ce plan. Guy Turcotte anticipe déjà les pressions qui seront exercées par les spéculateurs qui, dans les années 2005 à 2009, ont acheté la plupart des terrains privés dans l’espoir de pouvoir construire et de faire fortune. « Les plans de développement actuels permettent la construction d’un minimum de 4 000 logements. Il y a de beaux grands principes dans le Plan métropolitain d’aménagement, sauf qu’il y est inclus que si c’est compatible avec la conservation, il est permis de faire de la construction à faible densité. À partir du moment où s’ouvre une rue dans la forêt et que des maisons sont construites de chaque côté, c’est beaucoup plus que cette largeur-là qui perturbe le milieu. C’est tout un écosystème qui se retrouve fragmenté. C’est encore à nous de faire la preuve que ce type de développement n’est pas compatible avec certains milieux. » 

« Pour arriver à faire changer les choses, il faut s’entourer d’une équipe multidisciplinaire, faire travailler nos réseaux, et ne pas se décourager. Il faut beaucoup de patience et de détermination. Les gens qui essaient de nous mettre des bâtons dans les roues sont finalement très minoritaires, j’ai beaucoup plus d’amis que d’ennemis », de conclure Guy Turcotte.

Articles connexes
Le corridor vert Châteauguay-Léry
Ce boisé du corridor vert Châteauguay-Léry a été déclaré d’une importance écologique indéniable.
Laisser un commentaire


Enlever l'image L'image doit être au format jpeg et ne pas dépasser 10 Mo.
La résolution doit être inférieure a 3000x3000


Code de vérification
Saisissez les caractères qui apparaissent dans l’image ci-dessus. Si vous ne pouvez les lire, cliquez ici.