AccueilDécouverteHommes et femmes de la natureGuy Fitzgerald
Guy Fitzgerald
print send digg delicious
  • Présentement 3.33/5 étoile.
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
comments 1 commentaire

Guy Fitzgerald

Les défis d'un passionné

En 1986, alors qu'il est étudiant en médecine vétérinaire, Guy Fitzgerald obtient six cages et un petit local pour accueillir des oiseaux blessés. D'une vingtaine d'oiseaux soignés la première année, on passe rapidement à deux cents. La Clinique des oiseaux de proie de la Faculté de médecine vétérinaire de Saint-Hyacinthe est née. L'année suivante, il fonde l'Union québécoise de réhabilitation des oiseaux de proie (UQROP) qui a pour mandat de faire connaître les oiseaux de proie auprès du grand public. Il contribue aussi à mettre en place un réseau québécois de soins pour les oiseaux de proie blessés, malades ou orphelins. Guy coordonne le travail de passionnés d'un peu partout au Québec qui s'imposent comme autant d'antennes pour secourir les oiseaux.

Guy Fitzgerald consacre sa vie à recueillir, soigner et réadapter les oiseaux de proie. Son défi est de pouvoir retourner l'oiseau à la nature une fois qu'il aura été soigné et de veiller à ce qu'il ne se dénature pas au contact de l'humain.

 

Mieux connaître pour mieux aimer

À la Faculté de médecine vétérinaire, Guy Fitzgerald assure un service clinique parallèlement à son travail d'enseignant auprès des étudiants stagiaires. Ce que l'étudiant apprend avec les oiseaux de proie reste un acquis qui lui servira pour toutes les espèces confondues, mentionne Guy Fitzgerald. Ce que je trouve intéressant avec la Clinique des oiseaux de proie, c'est le volet environnemental, qui n'est pas beaucoup touché autrement. On sent chez les jeunes étudiants un engouement pour la faune sauvage et ils se demandent ce qu'ils peuvent faire d'utile pour l'environnement comme vétérinaire.

Guy Fitzgerald croit qu'il y a des changements de comportement et d'attitude à adopter par rapport aux oiseaux de proie qui sont bien souvent mal aimés. C'est pourquoi il est important de sensibiliser les gens. Ce que l'on connaît mieux, on apprend à mieux l'aimer aussi.

 

Articles connexes
Chouette lapone
Grâce à sa vue perçante, la chouette lapone chasse surtout la nuit.
Crécerelle d’Amérique
La crécerelle est capable de maintenir une position stationnaire en vol.
Grand-duc d'Amérique
Rapide et silencieux, le grand-duc est un redoutable rapace nocturne.
Harfang des neiges
Les plumes souples et duveteuses du harfang des neiges rendent son vol silencieux.
Faucon pèlerin
Le faucon pèlerin terrasse ses proies en plein vol à plus de 200 km/h.
05 - Redonner des ailes
Chaque année, Guy Fitzgerald soigne et retourne à la nature plus de 300 oiseaux de proie.
Liens
UQROP L’Union québécoise de réhabilitation des oiseaux de proie.
Commentaires

Oiseaux de proie...

Par Marie, 2012-05-13, 07h06

Les "faucons" ont tué plus de soixante pigeons! et plusieurs étourneaux sansonnets, gais bleus et autres oiseaux!... Ils ont fait le vide autour de chez-nous!... Bref, vous les aimez mais pas moi! De mes deux yeux vu, il y en a un qui s'est frappé sur ma vitre de fenêtre... en pourchassant ... un de mes pigeons préférés et l'a tué (pour un total de ± 60) !! Son tour s'en vient... Fauconnier, c'est amusant... mais pas au détriment des autres oiseaux sauvages! Marie

Laisser un commentaire


Enlever l'image L'image doit être au format jpeg et ne pas dépasser 10 Mo.
La résolution doit être inférieure a 3000x3000


Code de vérification
Saisissez les caractères qui apparaissent dans l’image ci-dessus. Si vous ne pouvez les lire, cliquez ici.