Accueil > Accueil Blogue et Forum > Pascale Otis > Intelligentes, les oies? >
Pascale Otis
Grande voyageuse, Pascale Otis se passionne pour la recherche et la vulgarisation scientifique. Elle a simplifié la science notamment à travers des documentaires, des conférences et des articles.

Intelligentes, les oies?

14-04-2010, 6 commentaire(s), Par : Pascale Otis

Je voudrais surtout éviter de faire de l’anthropomorphisme, alors je vais éviter de parler de l’intelligence des oies. Mais je suis convaincue qu’elles perçoivent certaines choses et qu’elles ressentent certaines émotions face à d’autres oies et aussi envers des personnes auxquelles elles sont attachées. C’est d’ailleurs sur cette capacité d’attachement qu’est basé l’imprégnation. Et je crois que le fait que les oies soient une espèce très sociale fait en sorte qu’elles soient douées pour se faire comprendre en effectuant seulement certains gestes et en montrant un comportement particulier. Pour cette raison, on peut peut-être se permettre de dire que je comprends le « langage » des oies, comme un parent arrive à comprendre ce que son enfant veut, sans avoir recours à l’usage des mots.


Et comme tout « enfant », les oies apprenaient vite à tirer profit des faiblesses des parents et à exploiter certaines situations pour obtenir ce qu’elles voulaient. Avec l’usage du vol par exemple, elles comprenaient très rapidement que si elles voulaient rester un peu plus longtemps à se baigner sur le bord de la rivière, il ne leur suffisait que de s’envoler sur l’autre berge d’où je ne pouvais pas les atteindre. À tout coup apparemment très satisfaites de leur exploit, elles m’ignoraient ainsi pendant de longues minutes avant de revenir finalement vers moi.


Vivre sa vie avec des oies...


Au début de ma première année avec les oies, je ne savais pas à quel point l’imprégnation des oisons allait devenir beaucoup plus qu’un emploi du temps pendant quelques semaines. Car les liens qui se sont tissés entre moi et les oies sont allés bien au-delà de mon intérêt purement scientifique. Encore aujourd’hui, les oies font partie de ma vie à l’Unité de recherche sur les oiseaux migrateurs (Rivière-Rouge, Québec, Canada). Sur place, François Pruel s’en occupe à temps plein. Et c’est ici que j’écris le récit que vous lisez aujourd’hui, alors que les « enfants à plumes » devenus grands se promènent autour de la maison, regardant parfois par la fenêtre pour voir ce que je fais. Il fait beau. Le temps est doux. Ça sent le printemps. Et je vous assure que ces oies ont la particularité de n’avoir rien de particulier lorsque vient le printemps : ils ont envie de courtiser un partenaire, de s’accoupler et de devenir parents à leur tour...


Pascale Otis, biologiste


Nous sommes ouverts au public durant l’été ! Rendez-visite aux oies à l’Oie-Zoo : www.oie-zoo.com

Commentaires

Carole dit :

13-04-2010, 16h48

Quelle belle histoire que vous nous partagez! Vous semblez vraiment apprécier la compagnie de vos oies et elles vous le rendent bien. Ça donne envie de venir vous visiter dans les Laurentides pendant l'été! Merci de partager votre expérience.

Danielle LeMay dit :

29-07-2010, 18h06

Bonjour Pascale Otis, Je vous écris un appel au secours au sujet de bernaches du Canada qui vont se faire exécuter en grande quantité, j'ai été horrifiée d'entendre cette nouvelle hier soir à demie endormie devant ma télé; pour cette raison je n'ai pu comprendre où exactement et pour quelles raisons, il m'a semblé comprendre qu'elles nuisaient par leurs fientes dans un endroit touristique ou de résidents à proximité Seriez-vous au courant de cette histoire récente entendue le 28 juillet aux nouvelles? Danielle LeMay, une amoureuse folle des bernaches

Danielle LeMay dit :

29-07-2010, 18h47

Bien sûr qu'il est difficile de parler d'intelligence des animaux, nous n'admettons que la nôtre et c'est un magnifique sujet sur lequel on discuterais inutilement selon ma perception. J'aimerais seulement qu'un jour on admette la complexité pure de la Nature. Mais mon souhait est encore plus grand que ça, j'aimerais davantage que l'homme cesse de se mesurer à une intelligence plus grande que lui. Je dirais que l'être humain manque tout simplement d'humilité devant la Nature. Étant une grande admiratrice de la Bernache de Canada, voici une belle observation que je veux partager avec vous. À chaque automne, je me rendais au lac Hertel avant que ce magnifique endroit ne sois infesté de visiteurs ( je n'y vais plus par respect à cet endroit magique, maintenant très dégarni, trop piétiné) mais bon... c'était mon rendez-vous pour voir les bernaches s'envoler au-dessus du lac puis au-dessus de ma tête, le coeur me débattais juste à l'idée que j'allais les voir et les entendre. Une fois vers 16:00 je les regardais assise sur une roche et pendant une heure et demi, je ne le savais pas mais j'assistais à l'organisation toute discrète de ces beaux palmipèdes en train de former leur grand V sur le lac même avant qu'elles ne décollent. C'est après une heure et plus que je m'apercevais que tout en cacassant entre elles et vraiment très relaxes elles se préparaient. Je venais de découvrir quelque chose de formidable et effectivement vers l'heure où elles s'envolaient habituellement arriva. Je m'étais rendue compte qu'il y avait une bernache sur le lac qui étaient un peu éloignée des autres comme à la pointe du triangle qui se formait petit à petit et à l'heure sonnée, des cris en choeur elles se soulevaient du lac et mon coeur aussi...Est-ce de l'intelligence, je ne sais pas mais moi ça m'épatte beaucoup et ça m'émeut beaucoup. Danielle

Pascale Otis dit :

03-08-2010, 16h16

@Danielle Je n'ai pas suivi les nouvelles, mais ce que vous m'apprenez ne me surprend pas (bien malheureusement). Il est vrai que cet oiseau est devenu très envahissant dans certains secteurs. La raison : trop d'oiseaux ne font plus de migration, s'étant habitué à la nourriture des champs et même aux gens qui les nourrissent dans les parcs. C'est un triste sort pour ce magnifique oiseau... surtout lorsqu'on considère que c'est l'être humain qui est souvent la cause première du problème. Est-ce qu'il y a vraiment une solution ?

Équipe Humanima dit :

03-08-2010, 16h31

@Danielle. Vous faites sans doute référence à la décision du gouvernement américain de capturer et d'euthanasier 800 bernaches aux environs des aéroports de New York afin d'éviter les accidents d'avion. Ils prévoient la capture de 2000 autres bernaches. Vous trouverez plus d'informations plus bas: Cyberpresse Blogue Cyberpresse

Danielle LeMay dit :

06-08-2010, 19h42

Je veux vous remercier, l'équipe d'Humanima et Pascale Otis, de m'avoir répondu mieux que je ne l'espérais, si bien informé que c'est très difficile pour moi d'avaler cette très mauvaise histoire. Merci pour les informations de Cyberpresse que j'ai pu lire. Comme dit Pascale, ça n'est pas surprenant ....mais c'est tout simplement délinquant . Qu'en penseraient les autochtones? Je pense qu'on pourrait trouver de meilleures solutions, tenter de les déplacer dans d'autres territoires mais pitié cessons de démollir nos richesses qui ont plus de valeur à mes yeux que de multiplier les avions, les vols, la pollution qui vient avec pour des CAPRICES qui n'en finissent plus. Des oiseaux...y en a pas tant que ça, des avions y en a vraiment trop. Le jour où nous ne verrons que des avions voler dans le ciel et des pétroliers naviguer sur l'ocean, je me demande sur quoi l'Homme atterira. Danielle, une fois de plus terrorisée par tout ce que l'humain est capable de créer comme cauchemar.

Répondre à ce billet

Pour commenter cet article, remplissez le formulaire suivant. Les commentaires seront modérés avant la diffusion sur le site.

Nom* :

Courriel* :

Votre adresse courriel ne sera pas diffusé.

Commentaire* :

Vérification* :

Code de vérification
Saisissez les caractères qui apparaissent dans l’image ci-dessus. Si vous ne pouvez les lire, cliquez ici.

* Champs obligatoires

Blogueurs
documentairesL'équipe Humanima
Venez échanger avec l'équipe d'Humanima.
documentairesAlan Mc Lean
Alan Mc Lean, biologiste de formation, œuvre dans le domaine du journalisme et de la vulgarisation scientifique. Au Biodôme de Montréal, il sensibilise le public aux grands enjeux environnementaux.
documentairesPhilippe Henry
Le photographe Philippe Henry se préoccupe du sort réservé à la nature et à ses habitants. Avec son appareil photo, il capte des images saisissantes qui témoignent de la beauté et de la fragilité du monde animal.
documentairesJean Lauriault
Passionné par le papillon monarque, Jean Lauriault consacre sa vie à la protection de cet insecte merveilleux et d’un phénomène migratoire exceptionnel.
documentairesJacinthe Bouchard
Jacinthe Bouchard est une spécialiste du comportement animalier qui oeuvre dans les zoos autour de la planète afin d'entrainer les animaux à recevoir des soins vétérinaires.
documentairesGuy Fitzgerald
Guy Fitzgerald est le fondateur de la clinique des oiseaux de proie à St-Hyacinthe. Il reçoit plus de 300 oiseaux chaque année qu’il s’efforce de soigner et de retourner en nature.
documentairesPascale Otis
Grande voyageuse, Pascale Otis se passionne pour la recherche et la vulgarisation scientifique. Elle a simplifié la science notamment à travers des documentaires, des conférences et des articles.
documentairesContributeurs
Contribuez au blogue en publiant votre propre billet.
Contribuer à notre blogue
contributeur
Vous désirez partager vos connaissances? Publiez votre propre billet sur le blogue Humanima et voyez ce qu'en pense la communauté Humanima!
Inscription à la liste
Pour être informés des nouveautés, inscrivez-vous à la liste d'abonnés.
S'inscrire
promo